UFC-Que Choisir du Vélinois - Pays Foyen

FRICHE COMMERCIALE DE L’ARBALESTRIER

 

 

Après enquête publique faite en 2006, les établissements Leclerc établis à Pineuilh (lieu dit l’Arbalestrier), ont obtenu l’autorisation de tranférer leurs activités sur un autre site, toujours à Pineuilh, mais au lieu dit Les Bouchets.

Cette opération, en plus des 2500 M2 de surface de vente, comportait également le transfert de la station-service vers le nouveau site, inauguré en 2008.

Depuis cette date, l’agglomération de Pineuilh-Sainte Foy la Grande se retrouve avec une entrée de ville enlaidie par une magnifique friche commerciale d’environ quatre hectares restée en l’état depuis maintenant huit ans. Et ce alors que les établissements Leclerc pourraient avoir l’autorisation de bétonner six nouveaux hectares près du Grand Pineuilh !

Est restée également en l’état sur cette friche, la station-service abandonnée.

Cependant, l’arrêté du 15 avril 2010 relatif aux prescriptions applicables aus stations services stipule, dans son article 2.10 relatif à la remise en l’état en fin d’exploitation :

Les cuves ayant contenu des produits susceptibles de polluer les eaux ou de procurer un incendie ou une explosion sont vidées, nettoyées, dégazées, et, le cas échéant, décontaminées. Elles sont enlevées, sauf en cas d’impossibilité justifiée, auquel cas elles sont neutralisées par remplissage avec un solide inerte.

Enfin, dans une réponse aux questions parlementaires publiée au JO le 11/03/2014, il est dit :

« ….. que suite à la loi No 76-663 du 19 juillet 1976, l’article 34 de son décret d’application du 21 septembre 1977 impose la remise en état du site de l’installation par l’exploitant lors d’une cessation d’activité afin que ce site ne présente pas de dangers ou d’inconvénients pour l’environnement »

C’est pourquoi, nous venons de demander au Préfet de la Gironde, au sujet de cette station-service abandonnée depuis maintenant huit années et laissée en l’état, ce qui a été fait au moment de son abandon (vidange des cuves, nettoyage, dégazage, décontamination), et surtout s’il est acceptable qu’elles soient toujours en place (apparemment en contradiction avec l’article 2-10 cité plus haut), y compris avec toutes leurs installations externes particulièrement laides. Les habitants du Pays Foyen se demandent combien de temps encore ils devront supporter l’état lamentable de cette friche à l’entrée de leur territoire.

La réponse de la Préfecture s’est faite par un courrier de la Direction de l’Environnement adressé au propriétaire ( Pofodis-Leclerc) car en fait, il n’y a même pas eu de « déclaration de cessation d’activité » et donc aucun dossier attestant des mesures prises (ou non) lors de l’abandon en 2010. Il est donné un délai d’un mois au propriétaire pour présenter un dossier acceptable aux services préfectoraux.

Bien entendu, nous demandons à être tenu informés des suites de ce dossier.

H C.

6 juin 2016